CARITAS KIGALI

La Caritas Kigali dans la promotion de l’agriculture bio-intensive et le recours à des bio-pesticides

Arikidiyosezi Gatolika ya Kigali
Promotion de l’agriculture bio-intensive

L’une des stratégies de Caritas est d’intégrer de manière cohérente et systématique la dimension environnementale dans toutes ses actions afin de valoriser les ressources naturelles de manière écologique et durable.

En mettant en avant le modèle agricole familial durable, nous veillons au bien-être des producteurs et des consommateurs en assurant leur sécurité alimentaire, la santé, la nutrition et un revenu soutenu, tout en assurant la résilience aux chocs économiques et climatiques.

L'expérience vécue s’articule surtout sur une agriculture organique, ne recourant pas aux apports chimiques ou aux organismes génétiquement modifiés pour lutter contre les ravageurs.

Dans le programme EMMo, nous utilisons des bio pesticides à base des plantes locales qui ne détruisent pas l’environnent (sans effet résiduel ni nocif par exemple aux abeilles utiles à l’homme et à la nature). Nous jouons sur l’association des cultures, la bonne rotation et l’utilisation des extraits végétaux.

En associant certaines cultures ou en laissant certaines herbes se développer en même temps que les cultures, nous avons pu exploiter l’effet push pull ou répulsif pour combattre les pestes sans avoir recours aux pesticides chimiques. A titre d’exemple, nous avons l’association des choux et des oignons, où ces derniers repoussent des insectes qui endommagent les premiers. De même, une culture d’oignons peut être également protégée par Tagetes minuta (Marigolds) etc. D’autres associations sont également possibles comme les différentes recherches actuellement menées tendent à le démontrer.

La rotation des cultures est bien organisée de manière à lutter contre les champignons, les nématodes et autres parasites qui attaquent les plantes. Nous nous servons du plan d’assolement-rotation sur trois ans d’abord mis en œuvre dans les champs écoles (FFLS) puis adopté dans les ménages modèles et répliqués chez les autres agriculteurs sous l’accompagnement des paysans de contact et paysans relais ou par émulation. 

A part l’exploitation de l’effet répulsif des cultures et de la rotation raisonnée des cultures, certaines plantes locales développent des substances ayant des propriétés d’éliminer certains insectes ravageurs des cultures. C’est ainsi qu’en extrayant ces produits de manière artisanale (par diffusion dans l’eau), nous avons pu combattre la chenille du maïs à Gakenke (Voir dans l’Encadré le témoignage de Mme Epiphanie UWINGENEYE du village Ruganda/Cellule Rwankuba/Secteur Rushashi/District Gakenke). Cela a été possible grâce au mélange de tabac (4 feuilles sèches), de piment fort (1/2 du petit gobelet), de Tagetes minuta ou Marigold (1/2 kilo), et de la cendre. Le concentré obtenu après 3 jours (1.5 litres), dilué dans 5 litres d’eau a été appliqué pour faire disparaitre la chenille légionnaire d'automne (Spodoptera frugiperda).

UWINGENEYE Epiphanie témoigne sur l’efficacité du contrôle biologique des pestes. Après le semis, dit-elle, les jeunes maïs de 40 cm ont montré des feuilles déchirées à cause d’une attaque par les chenilles du maïs (légionnaires d'automne (Fall Armyworms ou Spodoptera frugiperda). D’habitude l’attaque par ces chenilles dans la zone est traitée par le ramassage et l’utilisation d’insecticides chimiques notamment Profenofos 40%EC + Cypermethrin 4%EC.

Face à l’attaque par de nombreuses chenilles dans son champ, elle a fait appel à l’animateur de développement communautaire de l’EMMo et elle lui a montré l’ampleur de ces insectes sur sa production. Elle avait appris lors des formations qu’il est possible de contrôler les ravageurs par des moyens biologiques. L’animateur lui a donc conseillé de faire un mélange d’herbes locales (du tabac, du piment fort (Pili-pili), de la cendre de bois et de Nyiramunukanabi ou Tagetes minuta-Marigold et pulvériser le produit extrait dans son maïs : Le fermier a pris 4 feuilles de tabac sec, la moitié d’un petit gobelet de Pili-pili, un demi kilo de Nyiramunukanabi et la cendre de bois, le tout mélangé dans 2 litres d’eau. Elle a laissé reposer 3 jours. Après malaxage et filtration, elle a obtenu un concentré de 1.5 litres qu’elle a dilué avec 5 litres d’eau. Ce produit obtenu a été pulvérisé dans le champ de maïs et a éliminé complètement toutes les chenilles.

 

Editeur

 

 


Byanditswe : tariki ya 17 Nzeli 2018 saa 15:00:27, ubu
Uwabitangaje : Umwanditsi Mukuru

֩ Ibitekerezo kuri iyi nkuru (0)

Nta gitekerezo kiratangwa kuri iyi nkuru, tanga agatego ube uwa mbere kugira icyo ubivugaho

Umugenzuzi

Funga Amazina:

Ijambo ry'ibanga:

Ohereza igitekerezo

Funga       
     

-
-


B I U URL    :) :( :P :D :S :O :=) :|H :X :-*

Ohereza ifoto (itarengeje 200 kb), ariko si ngombwa

Andika iri jambo ry'igenzura:   ed4ca