CARITAS KIGALI

DE LA REGULATION DES NAISSANCES POUR UNE PATERNITE ET UNE MATERNITE RESPONSABLES

Arikidiyosezi Gatolika ya Kigali
Dans la vision de l’Eglise, la procréation se réalise au sein d’une famille

DIRECTIVES DE L’EGLISE POUR ECLAIRER LES CHRETIENS

L’Eglise Catholique soutient le Gouvernement Rwandais dans sa politique de planification familiale pour une optimisation des conditions de vie dans la famille, la société el le pays dans son ensemble. Elle reconnait que la procréation est parmi les dons précieux de Dieu à l’homme pour sa participation à l’œuvre de création. Ici se dessine l’importance capitale de l’exercice du pouvoir de procréation sans arbitraire. Liberté et responsabilité doivent caractériser toute action humaine, moralement qualifiée.

“Dans la vision de l’Eglise, la procréation se réalise au sein d’une famille, en tant qu’institution humaine et ecclésiale dans laquelle se produit une vie nouvelle d’un être humain et se réalise sa personnalité à travers l’éducation dans toutes ses dimensions, la socialisation humaine et l’ouverture au monde”.

Etant donnés le problème de surpopulation, l’Eglise, sans minimiser le sens de la vie humaine dans son cycle naturel, s’ intéresse à la question de la régulation des naissances qu’elle a traité lors du Concile Vatican II, et résumé par le Pape Paul VI, dans l’Encyclique Humanae Vitae .

Humanæ vitæ est le tout premier document pontifical qui parle explicitement de la régulation des naissances. Ainsi le document souligne la paternité responsable qui n’est rien d’autre que la connaissance et respect des fonctions procréatrices: “ l'intelligence découvre, dans le pouvoir de donner la vie, des lois biologiques qui font partie de la personne humaine (9)”.

“Par rapport aux conditions physiques, économiques, psychologiques et sociales, la paternité responsable s'exerce soit  par  la détermination réfléchie et généreuse de faire grandir une famille nombreuse, soit  par la décision, prise pour de graves motifs et dans le respect de la loi morale, d'éviter temporairement ou même pour un temps indéterminé une nouvelle naissance.

Un exercice responsable de la paternité implique donc que les conjoints reconnaissent pleinement leurs devoirs envers Dieu, envers eux-mêmes, envers la famille et envers  société, dans une juste hiérarchie des valeurs.

Dans la tâche de transmettre la vie, ils ne sont par conséquent pas libres de procéder à leur guise, comme s'ils pouvaient déterminer de façon entièrement autonome les voies honnêtes à suivre, mais ils doivent conformer leur conduite à l'intention créatrice de Dieu, exprimée dans la nature même du mariage et de ses actes, et manifestée par l'enseignement constant de l'Eglise.”

Ainsi l’Eglise exclut-elle certaines méthodes dont  l'interruption directe du processus de génération déjà engagé, surtout l'avortement directement voulu et procuré, même pour des raisons thérapeutiques; la stérilisation directe, qu'elle soit perpétuelle ou temporaire, tant chez l'homme que chez la femme; et enfin toute action qui, soit en prévision de l'acte conjugal, soit

dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation.

“L'Eglise est conséquente avec elle-même quand elle estime licite le recours aux périodes infécondes, alors qu'elle condamne comme toujours illicite l'usage des moyens directement contraires à la fécondation, même inspiré par des raisons qui peuvent paraître honnêtes et sérieuses. En réalité, il existe entre les deux cas une différence essentielle: dans le premier cas, les conjoints usent légitimement d'une disposition naturelle; dans l'autre cas, ils empêchent le déroulement des processus naturel”.

Il va sans dire qu’il ne faut pas ouvrir la voie  à l'infidélité conjugale et à l'abaissement général de la moralité. Il est tout autant facile de comprendre que les hommes - les jeunes, en particulier, si vulnérables sur ce point - ont besoin d'encouragement à être fidèles à la loi morale, et qu'il ne faut pas leur offrir quelque moyen facile pour en éluder l'observance.

L'homme en s'habituant à l'usage des pratiques anticonceptionnelles, pourrait finir  par perdre le respect de la femme et, sans plus se soucier de l'équilibre physique et psychologique de celle-ci, n'en vienne à la considérer comme un simple instrument de jouissance égoïste, et non plus comme sa compagne respectée et aimée.

 

Pour le respect et la mise en pratique de la méthode naturelle de régulation des naissances, les Evêques catholiques ont signé des instructions sur les méthodes de planification familiales tenant compte des principes ci-haut mentionnés.

 

Editeur


Byanditswe : tariki ya 13 Ugushyingo 2019 saa 17:23:04, ubu
Uwabitangaje : Umwanditsi Mukuru

֩ Ibitekerezo kuri iyi nkuru (0)

Nta gitekerezo kiratangwa kuri iyi nkuru, tanga agatego ube uwa mbere kugira icyo ubivugaho

Umugenzuzi

Funga Amazina:

Ijambo ry'ibanga:

Ohereza igitekerezo

Funga       
     

-
-


B I U URL    :) :( :P :D :S :O :=) :|H :X :-*

Ohereza ifoto (itarengeje 200 kb), ariko si ngombwa

Andika iri jambo ry'igenzura:   c113e