CARITAS KIGALI

Vivre dans la rue, une situation horrible

Arikidiyosezi Gatolika ya Kigali
Il vivre dans la situation diffucile

Vivre dans la rue est une situation qui ne devrait jamais arriver a un être humain quelque soit homme, femme, enfants ou adulte. C’est encore plus angoissant quand on rencontre un enfant dans la rue surtout quand on découvre qu’il a des parents qui n’ont pas voulu prendre soin de lui. Arrivé dans la rue ces enfants subissent des violences de plusieurs sortes. Leurs droits ne sont pas respectés : Ils ne mangent pas facilement, ils ne dorment pas convenablement, ils sont séparés de leurs familles, ils n’étudient pas, les adultes les exploitent d’une manière ou d’une autre etc.

Un jeune garçon de 16 ans est l’un des enfants qui a vécu dans la rue sur le site de Miduha, dans le quartier un peu éloigné du centre-ville de Kigali pendant  1 an. Il nous raconte ce qui lui est arrivé pour mener une vie dans la rue.  « En ce moment j’avais 7 ans, j’étais en 1ère année primaire, mon père a toujours nié que je sois son fils, la mère aussi ne voulait pas me garder et m’envoyer chaque fois chez mon père. Je me suis senti rejeté de deux côtés. Ce petit jeu a pris 2 ans, et j’ai pris la décision d’aller vivre dans la rue ».

Très désespéré son occupation était le ramassage des restes de nourriture dans les poubelles  pour les manger, et les ferrailles pour les vendre afin de  bénéficier de l’argent pour s’acheter les  beignets et de la drogue. « Quand je ne trouvais pas à manger je prenais la drogue pour me sentir soulagé et pouvoir dormir » disait il.

Malgré tout, Eric nous a déclaré que sur la rue on partage tout avec les collègues de la rue : le lit, la nourriture et la drogue, Il continua,   «  je ne trouvais pas où dormir, mes amies et moi dormions sous les pierres ou sous les ponts, sur les cartons usés  ».

Le danger de la vie de la rue

La faim, la peur, les différentes sortes de violences sont des situations inquiétantes que rencontres les enfants qui vivent dans la rue. «   Souvent je dormais sans manger. J’ai consommé différentes sortes de drogues. Quelques fois les grands jeunes de la rue prenaient ce que nous avons  gagné ou ils nous apprenaient à voler pour leur profit. Quelquefois on nous attrapait entrain de voler et nous étions punis. Je tombais malade  et  je guérissait sans être soigné ».  Pendant la saison de pluie, les enfants de la rue souffrent plus. Et, les nuits dans la rue sont très effrayantes « Les chiens et les chats venaient a la recherches des restes dans les poubelles. Au commencement, cela m’effrayait »

Le centre qui accueille les enfants, son seul espoir pour regagner l’école

J’avais perdu  l’espoir de  retourner à l’école. Dans la rue personne n’avait confiance en moi. On me traitait de voleur ou un enfant difficile qui a refusé l’école, et les autres nous injuriaient surtout quand on mendiait. J’étais fatigué de vivre une telle vie. Pour moi, les rafles de la police étaient une réponse à mes problèmes mais je n’ai jamais eu cette chance car, le site dont je fréquentais n’était pas dans la ville où les rafles sont fréquentes. J’espérais avoir le centre qui peut me prendre en charge et payer l’école quelque soit le moyen d’y arriver.

Un jour la chance lui a souri quand les agents sociaux du projet Abadacogora-Intwari  étaient dans le quartier de Miduha pour visiter les enfants de la rue sur les sites pendant la nuit et ont trouvé Eric avec ses collègues sur la rue. Depuis lors, Eric est retourné à l’école et retourné chez sa mère. Sa mère est borgne est vit avec ses 5 enfants. Elle est séparée de son mari qui les a quitté pour se remarie avec une autre femme et a déménagé pour vivre dans la campagne loin de son ancienne famille.  Sa mère loue une maison dans le village de Rubete dans la périphérie de la ville de Kigali. Sa mère, des fois,  elle fait l’agriculture chez les voisins pour gagner de l’argent, 1000frw par jour pour nourrir ses 5 enfants.

 

« Le projet Abadacgora Intwari est comme ma deuxième famille … »

 

Dans ses mots, il dit « Avec l’aide des agents sociaux je suis retourné chez sa mère et ne m’envoies plus chez mon père. Depuis que je vis au centre Abadacogora j’ai cessé prendre des drogues » I ajouta« J’aime le projet, car il vient en deuxième lieu après ma mère, il représente ma deuxième famille.  Les voisins aussi apprécient le projet Abadacogora et Intwari ils disent que  ma famille a eu de la chance de trouver un projet qui me prenne  en charge. C’est par le  projet que je vais réaliser mes rêves, et tous mes projets d’avenir, je remercie  le projet  qui m’a aidé depuis 2012 ».

 ERIC étudie en 5eme année primaire, les enseignants apprécient son comportement car, ce dernier est honnête et  avoue ses fautes sans beaucoup de discussion et fait ses punitions, sait prendre les décisions de changer et de ne plus tomber dans les mêmes erreurs. « Je suis brillant dans les  langues, les sciences  et  l’anglais, et je m’entends très bien avec les enseignants sauf que Je réussis les mathématiques à peine »  avoue-t- il.

Ses rêves 

Eric aimerais être commerçant grossistes. Surtout le commerce des pièces de rechange de voiture  

Mettre en place un centre pouvant héberger les enfants en difficultés  (enfants des rues, orphelins et enfants rejetés par leurs parents).

 

Ce qui l’embête plus

Quand on lui a demandé ce l’embête le plus dans l’expérience de la vie, il a répondu : « Quand  je pense que mes parents sont séparés, et  que mon père a nié que je sois son fils, et que cela a déchiré  ma famille, surtout mon père qui ne pense aucune fois à nous, je suis toujours distant de lui et cela me fait de la peine.

De son expérience, il en tire une leçon

« Ceci m’a donné aussi une leçon que plus tard je devrais aimer ma famille pour éviter que je sois comme mon père.

 

Editeur


Byanditswe : tariki ya 24 Kanama 2018 saa 15:45:06, ubu
Uwabitangaje : Umwanditsi Mukuru

֩ Ibitekerezo kuri iyi nkuru (0)

Nta gitekerezo kiratangwa kuri iyi nkuru, tanga agatego ube uwa mbere kugira icyo ubivugaho

Umugenzuzi

Funga Amazina:

Ijambo ry'ibanga:

Ohereza igitekerezo

Funga       
     

-
-


B I U URL    :) :( :P :D :S :O :=) :|H :X :-*

Ohereza ifoto (itarengeje 200 kb), ariko si ngombwa

Andika iri jambo ry'igenzura:   e1191